Association Prévention Routière

Même si le noir est une couleur très répandue pour les casques comme pour les vêtements, il faut savoir qu’elle n’est pas la plus efficace pour se rendre visible dans la circulation. Mieux vaut privilégier un habillement et un casque clairs ou colorés.

Placer deux feux additionnels au bas d’une moto (un de chaque côté) permet de créer, avec le feu principal, un triangle de lumière. Cela attire le regard des autres conducteurs et évite aussi d’être confondu avec une voiture.

Porter des gants, en cuir et renforcés au niveau des articulations, n’a rien d’un accessoire : en cas de chute, ils seront votre meilleure protection pour vos mains.

Les ampoules ne sont pas éternelles. Avec le temps, elles perdent de leur efficacité. C’est pour cela qu’il est conseillé de les changer chaque année.

Le faisceau de lumière des feux de route est plus haut que celui des feux de croisement (« codes »). Leur usage de jour est interdit car ils risquent d’éblouir les autres usagers.

Pour voir un objet dans un angle mort, il faut tourner la tête. A deux-roues, ne restez jamais dans cette zone : le conducteur du véhicule peut subitement changer de direction pensant que personne ne se trouvait à proximité.

Porter un casque trop grand ne protège pas correctement celui qui le porte ! Il existe des casques adaptés à la morphologie des enfants. Dans tous les cas, mieux vaut éviter de transporter un enfant en scooter avant ses 12 ans.

En cas d’immobilisation sur la chaussée (panne ou accident), le gilet jaune doit être porté car il améliore la visibilité de la personne qui le porte. Il sera obligatoire dans les coffres des deux-roues dès janvier prochain.

Un casque comporte des matériaux absorbant qui se déforment en cas de choc. Une fois déformés, ils ne peuvent jouer une nouvelle fois leur rôle. C’est pour cela qu’un casque doit être remplacé en cas de choc.

Même si le noir est une couleur très répandue pour les casques comme pour les vêtements, il faut savoir qu’elle n’est pas la plus efficace pour se rendre visible dans la circulation. Mieux vaut privilégier un habillement et un casque clairs ou colorés.

Placer deux feux additionnels au bas d’une moto (un de chaque côté) permet de créer, avec le feu principal, un triangle de lumière. Cela attire le regard des autres conducteurs et évite aussi d’être confondu avec une voiture.

Porter des gants, en cuir et renforcés au niveau des articulations, n’a rien d’un accessoire : en cas de chute, ils seront votre meilleure protection pour vos mains.

Les ampoules ne sont pas éternelles. Avec le temps, elles perdent de leur efficacité. C’est pour cela qu’il est conseillé de les changer chaque année.

Le faisceau de lumière des feux de route est plus haut que celui des feux de croisement (« codes »). Leur usage de jour est interdit car ils risquent d’éblouir les autres usagers.

Pour voir un objet dans un angle mort, il faut tourner la tête. A deux-roues, ne restez jamais dans cette zone : le conducteur du véhicule peut subitement changer de direction pensant que personne ne se trouvait à proximité.

Porter un casque trop grand ne protège pas correctement celui qui le porte ! Il existe des casques adaptés à la morphologie des enfants. Dans tous les cas, mieux vaut éviter de transporter un enfant en scooter avant ses 12 ans.

En cas d’immobilisation sur la chaussée (panne ou accident), le gilet jaune doit être porté car il améliore la visibilité de la personne qui le porte. Il sera obligatoire dans les coffres des deux-roues dès janvier prochain.

Un casque comporte des matériaux absorbant qui se déforment en cas de choc. Une fois déformés, ils ne peuvent jouer une nouvelle fois leur rôle. C’est pour cela qu’un casque doit être remplacé en cas de choc.